La dyspraxie de l’enfant : Causes possibles et diagnostic

La dyspraxie de l’enfant n’est pas liée au développement intellectuel. Au contraire, certains enfants dyspraxiques ont un haut potentiel intellectuel.

En effet, c’est un trouble des apprentissages qui est dû au dysfonctionnement de la zone cérébrale commandant la motricité.

Dans cet article, nous allons connaître les causes probables et le diagnostic de ce trouble.  

Les causes possibles de la dyspraxie de l’enfant

 Avant de commencer, notons que la dyspraxie est inée la plupart du temps et sans cause identifiée. Cependant, il y a certaines situations qui favorisent sa présence dans la vie des enfants. Il s’agit principalement de :

  • La consommation des produits alcoolisés pendant la grossesse de la mère.
  • La naissance prématurée qui augmente les risques d’être dyspraxique,
  • Le trouble de développement dont certaines parties du cerveau ne fonctionnent pas correctement,
  • La survenue d’accidents à la naissance,
  • L’Accident vasculaire cérébral (AVC),
  • Le traumatisme crânien, 
  • La souffrance cérébrale qui est subie par l’enfant lors de la grossesse ou de l’accouchement,
  • La tumeur du cerveau.

Lorsque vous avez survécu à l’une de ces situations et vous ressentez toujours des difficultés d’apprentissage chez votre enfant, demandez une évaluation. Les spécialistes du domaine (ergothérapeute par exemple) vous aideront à confirmer la dyspraxie de votre enfant ou non.

En effet, vous aurez l’heure juste pour avancer. Des moyens compensatoires existent et parfois, les démarches prennent beaucoup de temps. Autant vous y prendre tôt ! 

Bon à savoir sur le diagnostic de la dyspraxie de l’enfant

La dyspraxie de l’enfant : Comment se faire le diagnostic ?

La dyspraxie devient de plus en plus visible après l’entrée à la maternelle ou encore à l’école primaire, avec les débuts de l’écriture. Les enseignants sont de plus en plus sensibilisés aux difficultés persistantes.

Quand devez-vous consulter ?

Vous devez faire une démarche de rendez-vous avec un spécialiste lorsque votre enfant présente les signes suivants :

  • Chutes fréquentes sans raison évidente,
  • Difficulté à utiliser sa trottinette, son tricycle ou à la course,
  • Incapacité à jouer aisément avec un ballon,
  • Refus des tâches de graphisme,
  • Incapacité à s’organiser,
  • Difficulté à regrouper les composants d’un puzzle,
  • Très impuissant en face des gestes symboliques,
  • Difficultés motrices (courir, sauter, faire du vélo,)
  • Présence de retard par rapport aux enfants de son âge dès la maternelle.

Ce sont les principaux signes de la dyspraxie de l’enfant. À la vue de ces symptômes, il est recommandé de consulter un spécialiste du domaine. Car, si rien n’est entrepris, ces difficultés ne feront que s’aggraver au fur et à mesure que l’enfant évolue. En plus de ces difficultés directes, s’ajoute une fatigue progressive due à l’effort que l’enfant même fournira plusieurs fois face aux différents problèmes.

En général, on observe ensuite un isolement et un repli sur soi-même. Alors, n’attendez pas et agissez pour éviter cette roue !

En orthopédagogie, il nous arrive fréquemment d’aider les élèves qui ont une dyspraxie pour que leurs apprentissages soient plus efficaces, en utilisant des outils technologiques, tels que l’ordinateur et la tablette.

Certains logiciels y sont intégrés. Ainsi, en ayant leur diagnostic en poche, les aménagements sont plus simples à faire valoir. 

Quels sont les examens recommandés lors d’une évaluation diagnostique ?

Lors d’une évaluation diagnostique, plusieurs examens complémentaires sont recommandés afin de bien analyser la dyspraxie de l’enfant. Il s’agit de :

  • Un bilan psychomoteur, afin d’évaluer la motricité globale de l’enfant, le graphisme et son orientation dans l’espace. 
  • Un examen neuropsychologique pour vérifier sa mémoire, son attention et son langage
  • Une analyse neurologique pour étudier les fonctionnements de son cerveau
  • Un bilan orthophonique pour confirmer ou ignorer un trouble de langage écrit et oral
  • Un diagnostic ergothérapique pour attester ou non la rééducation des gestes par des activités manuelles 
  • Un examen pédopsychiatrique pour montrer ou non la présence de troubles psychologiques.

Pourquoi devriez-vous faire appel à nous ?

Aujourd’hui, vous connaissez sans doute les causes possibles de la dyspraxie de l’enfant. De plus, un diagnostic reste le moyen idéal pour confirmer ou infirmer ce trouble.

Quel comportement adopter envers son enfant dyspraxique ? À cette question, nous vous recommandons de lire notre article intitulé : Comment puis-je aider mon enfant dyspraxique en tant que parent ?  

Par ailleurs, lorsque vous découvrez la présence de la dyspraxie de l’enfant, vous pouvez nous contacter afin d’être suffisamment informé des conditions à tenir.