kid-self-isolation-using-tablet-his-homeworkchild-doing-using-digital-tablet-searching-information-internet-during-covid-19-lock-downhome-schoolingsocial-distanceelearning-online-education

Comment aider mon enfant en mathématiques ?

 Le système éducatif traditionnel de trente élèves par classe ayant une seule enseignante qui se doit d’assurer la compréhension de chacun est irréaliste. Dans une même classe, il faut comprendre que chaque élève évolue à sa manière en considérant tous les facteurs internes et externes qui peuvent avoir un impact sur les apprentissages.

Le modèle “one size fits all” ne répond pas aux besoins de chaque enfant. L’enseignante doit poursuivre la matière au cours de l’année afin de respecter la progression des apprentissages établie pour chaque niveau scolaire par le ministère de l’Éducation. Un écart se creuse entre les élèves plus performants et les élèves qui rencontrent des difficultés d’adaptation et d’apprentissage. De-là vient l’importance du travail des orthopédagogues, ressource précieuse qui peut faire une grande différence dans les écoles et à distance. 

À quoi bon l’orthopédagogie ?

Rappelons la mission des orthopédagogues : répondre aux besoins des élèves tout en respectant leur rythme d’apprentissage. Si un élève éprouve de grandes difficultés dans sa classe, il y a de fortes chances que des apprentissages antérieurs n’aient pas encore été acquis. Si cet apprenant n’a pas les fondations nécessaires qui lui permettent d’évoluer dans sa classe, il y aura peu de progression. L’orthopédagogie occupe donc une position de premier rang dans ce type de situation, en permettant à l’élève de progresser à son rythme tout en consolidant ses acquis afin qu’il atteigne son plein potentiel. 

Afin de bien comprendre, prenons l’analogie suivante. L’environnement d’une fleur doit être adapté à ses besoins afin qu’elle puisse grandir. Elle peut avoir besoin d’une certaine quantité d’eau par jour qui diffère d’une autre fleur. Elle peut aussi prendre plus de temps que d’autres à fleurir. Sans ces ressources propres à chacune, elles n’atteindront pas leur plein potentiel. Tous les élèves ont des besoins différents et il faut leur donner accès aux ressources nécessaires en fonction de leur situation pour leur permettre d’évoluer au mieux d’eux-mêmes.

À quoi peut ressembler l'orthopédagogie en mathématiques ?

D’abord et avant tout, l’orthopédagogue dresse un portrait de l’élève en identifiant ses forces et ses défis, en tenant compte des facteurs externes (par exemple : un parcours d’expatriation) et de ceux internes (par exemple : un diagnostic d’un TDAH) qui peuvent avoir un impact sur les apprentissages de l’élève. Un objectif sera ensuite déterminé ainsi que les moyens pour l’atteindre. C’est l’étape du plan de rééducation.

À la suite de ce portrait, l’orthopédagogue va vérifier les fondations en mathématiques, soit le concept de la base 10 qui doit être acquis avant tout autre apprentissage. L’orthopédagogue utilise du matériel concret et imagé pour assurer la compréhension de l’élève. De plus, l’orthopédagogue assure un suivi intensif (par exemple : trois périodes de 30 minutes par semaine pour une période déterminée) afin d’atteindre cet objectif. Plusieurs difficultés d’apprentissage en mathématiques révèlent un manque de compréhension du concept de la base 10, peu importe le niveau et l’âge de l’élève. 

Lorsque la base 10 est acquise, l’orthopédagogue introduit le symbolique, par exemple l’argent, qui est un excellent moyen de travailler les échanges, les groupements et éventuellement les nombres décimaux. En plus, les élèves aiment travailler avec l’argent scolaire parce qu’ils peuvent appliquer leurs connaissances dans la vie de tous les jours. Ils y voient l’utilité. Ils sont donc plus motivés. La roue de la réussite s’enclenche !

Il se peut aussi que l’élève soit rendu à des concepts plus abstraits comme le sens des opérations. Souvent, lors d’une résolution de problèmes en mathématique, les élèves rencontrant des difficultés n’arrivent pas à sélectionner la bonne opération (addition, soustraction, multiplication ou division). L’orthopédagogue a les outils pour amener tranquillement l’élève à comprendre le contexte mathématique et ainsi, faire le bon choix selon la situation. Parfois, dans les situations de “problèmes mathématiques”, les erreurs proviennent de difficultés en lecture. L’orthopédagogue, par sa formation universitaire et son jugement professionnel, cerne la nature des difficultés pour intervenir selon le besoin initial.

Ces exemples d’intervention diffèrent nécessairement selon les besoins et les intérêts de l’élève. L’orthopédagogue détermine quel est le type d’apprenant, par le portrait de l’élève établi de prime abord, en collaboration avec les parents, l’école, les enseignantes et tout autre acteur présent dans la vie de l’enfant. Tous les élèves peuvent réussir à leur façon, il faut simplement les outiller pour y arriver !

Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire